Partenaire

Les Grignoux

L’asbl Les Grignoux s’est constituée en 1978, sur les fondations d’un mouvement militant initié en 1975 à Liège, avec l’objectif de proposer une alternative à la culture dominante.
Le cinéma est aujourd’hui le principal outil culturel proposé par les Grignoux, qui exploitent 8 salles à Liège, réparties dans trois lieux : Le Parc (1 salle), Le Churchill (3 salles), Le Sauvenière (4 salles) ; ainsi 5 salles à Namur avec le cinéma Caméo. En 2017, l’ensemble des cinémas Grignoux ont accueilli 600.000 spectateurs.

Les Grignoux proposent également une série d’événements variés (des rencontres autour des films, des concerts, des expositions, des débats politiques, scientifiques, philosophiques…) et gèrent 3 espaces Horeca (la brasserie Sauvenière et le Café le Parc à Liège ; le Caféo à Namur).
En outre, les Grignoux disposent d’une structure de distribution de films, Le Parc Distribution, qui sort une douzaine de films chaque année.

Les Grignoux, c’est aussi la coordination d’Ecran Large sur Tableau Noir, une programmation de séances de cinéma dédiées au public scolaire, organisées dans divers lieux de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Sur le web : http://grignoux.be/

Interventions dans le festival

Foire du livre sur la ville et l’architecture

le samedi 21 avril 2018 de 10h à 16h

Organisé dans le hall et le foyer du cinéma Sauvenière, cette deuxième édition de la Foire du livre sur la ville et l’architecture rassemblera une douzaine d’exposants d’ouvrage de tous les types. Livres d’architecture, d’Histoire, de patrimoine, de folklore, de romans ou de bande-dessinnées, leur point commun sera de traiter, de près ou de loin, l’enjeu qui traverse tout le festival : la Ville.
En parallèle de la foire seront quelques présentations d’ouvrages et débats (dans le foyer du cinéma), selon l’horaire suivant.
10h30 : Quel projet pour faire revivre l’observatoire de Cointe ?
11h30 : Fabriquer (...)

Café politique : le patrimoine sidérurgique de Wallonie

le mardi 24 avril 2018 de 20h30 à 22h30

Noémie Drouguet est muséologue, Philippe Bodeux apprenti journaliste. Dans leurs familles respectives, nulle trace de sidérurgiste, pas d’ingénieur ni même le moindre grand oncle ouvrier référencé... Et pourtant, ces liégeois ont toujours côtoyé les cathédrales modernes que sont les fonderies de Cockerill. Alors quand le BH6 est tombé, sans tambour ni trompette, en quelques secondes et – en théorie – sans public, ils se sont rappelé un séjour à Duisbourg, en Allemagne, où un Haut-Fourneau subsiste, transformé en attraction touristique majeur dans l’immense parc qui l’accueille. C’est le point de départ de (...)

Table d’hôtes

le samedi 21 avril 2018 de 19h à 22h30

Puisqu’Avril en Ville coïncide avec le début du printemps, l’équipe de la Brasserie du Sauvenière adapte sa carte et propose, le samedi 21 avril, après la foire du livre, le DJ set et une dense journée de débats de vous restaurer avec un menu surprise...

Soirée « Raconter nos rues », avec le film « Les rues de Liège : Balade à deux temps 1956-1996 » de George Yu

le mercredi 25 avril 2018 de 20h15 à 23h

« Une histoire. Simple et ordinaire. La chronique d’une cité, de ses habitants et de leurs habitudes, petites ou grandes. L’histoire aussi de ceux qui, dans le passé, firent d’elle un centre international prestigieux, sur les plans économique, politique et culturel. Par le travail de ses ouvriers, les espiègleries de ses gavroches en balade, ou par les ballets incessants exécutés par les tramways de la place Saint Lambert, Liège vit, respire. Menés par Grétry, le grand musicien, ami de Voltaire et de la France, les Liégeois, mais le savent-ils seulement ?, évoluent dans la chaleur, affective, (...)

Projection du film : « Retour à Forbach »

Trente ans après l’avoir quittée, le réalisateur revient dans sa ville natale, Forbach. Petit-fils de mineur, âgé de 46 ans, Régis Sauder cherche à dresser le portrait de ceux qui sont restés dans cette ville de Lorraine. Ayant subi la crise et la désindustrialisation de plein fouet, la commune connaît un fort taux de chômage, ainsi qu’une importante montée du Front National, puisque Florian Philippot est arrivé en tête du premier tour des élections municipales de 2014 C’est sa ville. Adorée et haïe. Celle qu’il a fuie, il y a longtemps, mais qui n’a jamais cessé de survivre en lui, comme un regret ou un (...)